■■■■■■ Aqua patrimoine

►►► "Au gré de l'Adour"

Le projet d'un cheminement le long des Adours, de Tarbes aux sources, est apparu bien avant l'idée du contrat de rivière. Mais c'est dans ce cadre qu'a été programmée l'étude de faisabilité d'un chemin le long des Adours et de son principal affluent l'Oussouet. L'objectif de ce volet est de faire découvrir l'ensemble du bassin versant autour du thème de l'eau et de promouvoir le tourisme vert dans cette haute vallée.

La discontinuité du cheminement le long des berges, de par les parcelles privées et les routes à grande fréquentation, ont fait évoluer le projet "Au gré de l'Adour" vers des circuits en boucle sur les communes.

 Chaque promenade propose une découverte thématique permettant d'approcher différents aspects des patrimoines naturel et bâti lié à l'eau. Tous ces itinéraires sont balisés et des panneaux d'accueil et d'interprétation vous font découvrir cet "aqua-patrimoine". Une table d'orientation propose également une lecture de paysage entre l'Adour de montagne et l'Adour de plaine sur le sommet des Puyoles (Montgaillard).

Support principal d'interprétation, un livret-guide est disponible pour approfondir ces thématiques. Un dépliant a par ailleurs été édité afin de présenter succinctement ces 12 promenades.

Voir le dépliant de présentation d'Au gré de l'Adour

Voir les sentiers Au gré de l'Adour

Voir les points de vente du livret-guide Au gré de l'Adour

  Voir le panorama observé depuis la table d'orientation

 

►►► Les sports d'eaux vives

La pratique du canoë kayak, souvent en club, est ancienne sur le bassin de l'Adour.

L'Adour présente des secteurs attractifs en termes de navigation mais ses débits estivaux faibles réduisent les possibilités de pratique : Il ne peut être navigué que pendant les périodes où la hauteur d'eau le permet.

Chaque tronçon offre des caractéristiques et difficultés variées :

  • l'Adour de Lesponne et l'Adour de Gripp au niveau de Campan : parcours de hautes rivières. Ils sont essentiellement empruntés par des pratiquants aguerris. Ces 2 tronçons ne sont praticables qu'en mai-juin, lors de la fonte nivale.

Exceptionnellement l'Adour de Lesponne peut être navigué en été lors de lâchés de réalimentation de l'Adour (dans le cadre du soutien d'étiage).

La présence de plusieurs barrages limitent cependant l'intérêt du parcours.

  • l'Adour à Bagnères est exploité de manière plus régulière par le club local (Amicale Laïque de Canoë-Kayak). Le bassin d'entraînement Adisson Forgues est pratiqué à l'année sauf en cas d'étiage sévère.

  • l'Adour entre Bagnères et Tarbes est pratiqué par tronçon navigable. Le seuil de l'Alaric récemment équipé d'une passe à bateaux permet notamment d'ouvir la navigation sur le secteur de Pouzac.

Plus en aval, l'aménagement au niveau du pont de la Marne avec des petits seuils successifs a permis de rendre le secteur praticable.

Enfin, le lac de Soues, ancienne gravière, est utilisé comme bassin d'initiation par le club local (Stadoceste Tarbais). Le canal de l'Adourette, à Bagnères, quant à lui, offre l'avantage de débits plus contrôlables, et est aménagé par l'ALCK en 3 bassins d'initiation.

Le rafting et l'hydrospeed sont également pratiqués entre mai et juin sur Beaudéan.

L'Adour comporte des seuils relativement importants empêchant la descente complète du cours d'eau. Certains de ces seuils sont équipés d'une passe à bateau. Pour les autres, des aires de débarquement et d'embarquement sont généralement prévues.


L'amélioration de la pratique des sports d'eaux vives est de la compétence du Syndicat Mixte du Haut et Moyen Adour, porteur du Contrat de Rivière du Haut Adour. Un groupe de travail a été constitué avec les acteurs concernés afin de travailler à l'amélioration de l'accès à la rivière, intégrer les besoins de ces utilisateurs dans la gestion de la rivière (aménagement de franchissement des seuils, lame d'eau minimale lors de travaux en rivière, création d'une signalétique de navigation...) et valoriser cette pratique sportive respectueuse de l'environnement.

La pratique de la pêche est relativement importante sur le territoire et concerne à la fois les lacs de montagne, les plans d'eau artificiels et les cours d'eau.

Le territoire comprend trois AAPPMA (Associations Agréées de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques) :

  • les Pêcheurs Campanois (secteur de Campan),

  • la Gaule Bigourdane (secteur de Bagnères-de-Bigorre),

  • les Pêcheurs Pyrénéens (secteur de Tarbes).

Leurs missions consistent notamment à réaliser des travaux d'entretien, de restauration et de protection des milieux aquatiques, et à garantir le fonctionnement d'un réseau d'information, d'animation, de surveillance et d'éducation à l'environnement.

La pêche joue un rôle important en tant que vecteur touristique, avec de nombreux pêcheurs extérieurs au département venant pratiquer dans les Hautes-Pyrénées.

D'un point de vue halieutique, la vallée de l'Adour comporte essentiellement des parcours de 1ère catégorie offrant un potentiel de pêche remarquable : rivières, torrents et lacs de montagne. Ces derniers sont bien peuplés en truites sauvages (cours d'eau) ou issues d'alevinages (lacs de montagne).


La diversité de faciès du fleuve Adour permet la pratique et l’initiation à tous les modes de pêche. Il existe sur le territoire du contrat de rivière de nombreux parcours spécifiques comme les parcours enfants, parcours détente-initiation, parcours no-kill, parcours 3ème âge, parcours pour les personnes à mobilité réduite, et parcours touristique.

La gestion piscicole du territoire est essentiellement de type patrimonial en tenant compte du plan départemental de gestion piscicole établi par la FDPPMA. L’ensemble des rivières du contrat ayant une très bonne capacité de reproduction naturelle, il n’est pas nécessaire de pratiquer un alevinage important ; seul quelques points où la pression de pêche est importante bénéficient d'un apport de surdensitaire ( poissons de pisciculture capturable).

Voir la liste des associations de pêche sur le contrat de rivière

 

►►► La mise en valeur du patrimoine architectural

La vallée du Haut Adour est constituée d'un ensemble de réseaux hydrauliques originaux et complexes. Tout un réseau serré de canaux sillonne la plaine permettant de drainer et d'irriguer les terres agricoles.
Le fil de l'eau se poursuit à l'intérieur des villages, ponctué de petits édifices à usages variés. D'abord architectures de service, ils deviennent ornement dans le village, se présentant sous différents types d'architectures aisément identifiables.
Le patrimoine des architectures de l'eau a souffert pendant longtemps d'une lente désaffection : l'abandon des fonctions et des méthodes traditionnelles fait disparaître progressivement les ouvrages utiles et nécessaires.
Les ruisseaux, les canaux avec leurs berges bordées de haies ou d'arbres en alignement sont des éléments d'architecture du paysage qui assurent en même temps une fonction écologique.

A ce patrimoine paysager riche est lié un patrimoine architectural présentant un intérêt historique et culturel. Ce sont les moulins, les lavoirs, les puits, les rigoles d'amenée d'eau, les leytès, et les écluses...
Un inventaire du patrimoine lié à l'eau à été réalisé sur l'ensemble des communes du Contrat de Rivière du Haut Adour, par le biais d'études réalisées par le CAUE et le CPIE de Bagnères-de-Bigorre.
Les difficultés techniques et financières que rencontrent les propriétaires privés ou publics à l'entretien et la restauration de ce petit patrimoine risque de faire disparaître ces éléments remarquables.
Le Contrat de Rivière du Haut Adour poursuit cette mise en valeur du patrimoine lié à l'eau essentiellement en relation avec les promenades "Au gré de l'Adour". Il propose également une assistance technique à tous les propriétaires désirant engager une réflexion concernant la rénovation de patrimoine de caractère.

Syndicat Mixte du Haut et Moyen Adour - Parc d'activités Dominique Soulé - 33, avenue du Général Leclerc -
65200 BAGNERES-DE-BIGORRE - Tél./Fax : 05.62.95.11.14 - Mail